Archives mensuelles : juin 2015

Un consommateur heureux

Notre manifeste pour réinventer le magasin

Du brick au click…

Nous vous le disons ici et maintenant chers amis retailers, bien que vous ayez à faire face à des difficultés aujourd’hui et demain, nous faisons toujours ce rêve.

Nous rêvons qu’un jour, les solutions de digitalisation des magasins soient aussi simples et rapides à déployer qu’une prise à brancher.

Nous rêvons qu’un jour, la digitalisation ne se limite pas à une borne interactive dans le magasin ou à quelques beacons disséminés ici et là mais soit une véritable expérience de shopping personnalisée et sans cesse renouvelée.

Nous rêvons qu’un jour, on puisse parler digitalisation sans imposer aux consommateurs des parcours complexes, souvent réservés aux technophiles ou aux propriétaires de smartphones dernier cri.

Nous rêvons qu’un jour, les services digitaux en magasins s’adressent à tous vos consommateurs, même les plus réticents aux nouvelles technologies.

Nous rêvons qu’un jour, tous les vendeurs aient les outils pour connaître en détail leurs clients, leurs habitudes et leurs besoins et ce à n’importe quel moment.

Nous rêvons qu’un jour, la proximité entre une enseigne et ses visiteurs soit tellement forte qu’un véritable dialogue – en magasin et sur le digital – pourra s’instaurer dans la durée.

Nous rêvons qu’un jour, on ne fera plus de marketing digital mais du marketing dans un monde devenu digital.

Nous faisons aujourd’hui ce rêve. Telle est notre espérance. Telle est notre foi.

Avec cette foi, nous serons capables de travailler ensemble, de lutter ensemble, de réussir ensemble, de défendre la cause des magasins en sachant qu’un jour, nous aurons enfin créé l’expérience consommateur ultime. Ce sera le jour où vos clients pourront dire ces mots qui auront alors un nouveau sens : « Je viens de vivre une expérience de shopping ».

Et si les magasins doivent être un lieu de plaisir, que cela devienne vrai.

La différence entre ce rêve et votre projet, c’est une date : rencontrons-nous ! Chaque jour nous imaginons et concrétisons les dispositifs digitaux du commerce physique de demain.

agences

Nos solutions pour les agences

Quelle que soit votre activité, nous pouvons certainement vous aider.

Découvrez comment :

Vous êtes une agence évènementielle ?

Vous rêvez de prouver à vos clients l’efficacité de vos opérations grâce à des éléments chiffrés ? Vous souhaitez offrir aux participants de vos animations de nouvelles expériences inédites ? Vous cherchez à vous rendre indispensable auprès de vos clients en devenant un fournisseur de données ?

Vous êtes une agence média ou une agence de marketing à la performance ?

Vous cherchez à rendre vos plans média plus pertinent et plus efficaces ? Vous cherchez à mesurer le drive to store ? A mesurer les ventes réalisées sur le point de vente ? Vous voulez mieux cibler vos achats média en (re)touchant uniquement les visiteurs des boutiques ?

Vous êtes une agence d’architecture ou un cabinet de conseil en immobilier commercial ?

Vous cherchez le meilleur emplacement pour un magasin ? Vous voulez connaître le potentiel d’un lieu ? Vous souhaitez mesurer les flux de trafic d’un point de vue qualitatif et quantitatif ?

Nous serons ravis de vous présenter nos solutions ou de travailler avec vous sur de nouveaux dispositifs répondant aux besoins spécifiques de vos clients. N’hésitez pas, contactez nous !

Journaliste

Espace Presse

Retrouvez notre actualité corporate

Pour voir tous nos communiqués de presse, cliquez ici.

Pour une demande d’interview, contactez nous à bonjour@what-the-shop.com

Pour tout autre sujet, contactez nous à question@what-the-shop.com

Merci pour l’intérêt que vous nous portez et à bientôt !

HBFS Program

Vous souhaitez devenir distributeur ?

Le futur du retail est déjà là, il est juste inégalement réparti… Participez avec nous à la digitalisation des points de vente !

Nous recherchons actuellement des distributeurs en France et en Europe.

Découvrez Harder-Better-Faster-Stronger (HBFS), notre programme partenaire.

En rejoignant ce programme, vous disposerez de tout ce dont vous avez besoin pour réussir en tant que partenaire :

Une rémunération attractive

  • Des conditions d’achat de licence et de maintenance privilégiées
  • Pas d’investissement initial
  • Une rémunération motivante sur chaque acte de vente et une prime de parc
  • Un suivi régulier avec un état de rémunération mensuel complet et détaillé

Une proximité commerciale

  • Un ingénieur commercial dédié vous accompagne dans votre activité
  • Un service Relation Distributeur répond à toutes vos questions, y compris en avant-vente
  • Des ingénieurs vous aident lors de la mise en place des projets
  • Des rencontres régulières sont organisées avec nos équipes

Un programme d’accompagnement

  • Une interface de démonstration
  • Une formation dédiée et gratuite (formations initiale, formation aux nouvelles offres, formation produits et services, certifications techniques…)
  • Des invitations à nos événements
  • Des activités de co-marketing
  • Une visibilité sur notre site Internet ainsi que dans nos supports de communication
  • Un logo dédié pour matérialiser le partenariat

Déposez dès aujourd’hui votre candidature en nous contactant !

Bienvenue dans le Retail 2.0.

game-of-thrones-saison-5-documentaire

Les quatre enseignements de Game of Thrones pour le retail

Encensée par la critique, considérée par beaucoup comme la meilleure série télé de tous les temps, la saga Game of Thrones nous livre à chaque épisode de précieux enseignements. Même Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, n’a pas hésité à repousser de quelques heures la signature du contrat de rachat du réseau social Instagram pour ne pas manquer sa série préférée ! Alors quelles leçons pouvons-nous retenir pour le retail ?

1. Etre fort et puissant ne suffit plus

beheading-ned-stark-even-viewers-read-george-rr-85338On ne compte plus les morts du côté des valeureux chefs de guerre : Robert Baratheon, Ned Stark, Robb Stark, Khal Drogo… Ils étaient pourtant les meilleurs au combat mais une autre catégorie de personnage a survécu : Tyrion Lannister, Arya Stark, Lord Baelish, Lord Varys. Dans ce monde violent et brutal, la force n’est pas suffisante. C’est en étant malin, astucieux et débrouillard qu’on augmente par contre nettement son espérance de vie. Dans le retail, se battre sur le prix ou sur la profondeur du catalogue n’est pas la bonne solution : si c’est le combat que vous choisissez, vous avez déjà perdu contre Amazon. C’est la loi du plus fort. Par contre vous pouvez travailler sur l’attractivité de vos magasins, les expériences proposées et la qualité de la relation client pour faire revenir les consommateurs. C’est la loi du plus malin !

2. Pour vaincre demain, il faut savoir s’allier avec son ennemi d’hier

jon-snow-et-le-chef-des-sauvageons-dans-leFace à une grande menace, il faut savoir unir ses forces pour survivre. C’est ce qu’a fait avec beaucoup d’intelligence Jon Snow en s’alliant avec les sauvageons afin de lutter ensemble contre les terribles marcheurs blancs. Et bien pour le retail, c’est pareil. Longtemps considéré comme un ennemi, le digital doit désormais devenir un allié face à la baisse généralisée des ventes. Le digital ne doit pas être vu comme un concurrent qui « prend des ventes » aux magasins. Certaines enseignes ont d’ailleurs adapté une stratégie géographique : le directeur de magasin est responsable de toutes les ventes dans sa zone de chalandise, qu’elles soient faites en ligne ou en magasin. Une méthode simple mais efficace pour aligner tous les collaborateurs sur un objectif commun !

3. Quand une situation est critique, il faut tester de nouvelles approches

1338488788-CadptureLors de la mythique bataille de la Néra (Blackwater Bay), peu de personnes pariaient sur une victoire des Lannister… Et pourtant, Tyrion a su renverser la situation. Souvenez-vous : le moral dans la ville était alors au plus bas, miné par la famine et l’afflux de réfugiés. Mais grâce au feu grégeois, Port-Real a su prendre un avantage décisif dans la bataille. Cette innovation – qui paraissait aux yeux de beaucoup d’hommes comme de la magie alors qu’il ne s’agissait en fait que de technologie – a permis de détruire une grande partie des navires et de mettre en déroute l’armée de Stannis Barathéon, assurant à Port-Real la victoire. Il est facile de faire un parallèle avec le retail, qui fait parfois l’erreur de s’entêter à utiliser de vieilles méthodes (certes connues et rassurantes mais de moins en moins efficaces) pour préparer une bataille alors que des technologies permettent de changer de paradigme et de s’assurer d’une victoire commerciale tout en minimisant les efforts déployés.

4. Winter is coming

White_Walker_2x10La devise de la maison Stark est malheureusement prémonitoire. Aujourd’hui votre site e-commerce (si vous en avez un) est certes votre plus gros magasin, mais il coûte également très cher (budgets importants pour concevoir et maintenir le site, le référencer sur Google, créer du trafic, etc) et réalise au final moins de 10% de votre chiffre d’affaire global. Si on croit la FEVAD, certes le e-commerce croît toujours mais plus aussi rapidement qu’avant : c’est bientôt la fin de la croissance à deux chiffres. N’oublions pas que la première page de Google ne présente qu’une douzaine de résultats, il n’y aura pas de place pour tout le monde et ces quelques emplacements vont être de plus en plus chers.  Il ne faut donc pas s’attendre à un développement spectaculaire du chiffre côté e-commerce et aller chercher la croissance là où elle est, à savoir dans les magasins. Le ralentissement du e-commerce doit être compensé par l’émergence du commerce connecté. Aujourd’hui ce sont bien vos boutiques qui réalisent la quasi-totalité du chiffre, il faut donc les rendre plus efficaces et rentables pour pouvoir affronter la rigueur de l’hiver qui s’annonce.

« Everything could happen between now and never »

Nous laisserons Little Finger conclure en nous rappelant que le monde de demain est plein d’inconnues et que tout peut encore se produire. Votre destin n’est pas scellé, c’est à vous de prendre les bonnes décisions !
Et vous ? Avez-vous une idée de la fin de Game of Thrones ? Ou un autre enseignement tiré de la série à partager ?

La série Game of Thrones n’étant pas terminée à ce jour, nous ne pouvons pas encore tirer des enseignements sur la stratégie qui aura mené à la victoire finale, mais nous ne manquerons pas de faire une mise à jour de cet article dès que ce sera le cas.

Image1

To be(acon) or not to be(acon), that is the question !

Qu’est ce qu’un (i)Beacon ?

Le Beacon (littéralement balise en anglais) permet de diffuser des messages géolocalisés. Lancé en 2013 par Apple (sous l’appellation « iBeacon ») le Beacon est une technologie qui peut faire réagir une application quand un smartphone ayant activé le Bluetooth passe à proximité. Les Beacons peuvent donc vous envoyer des notifications personnalisées selon l’endroit où vous vous trouvez.

Alors que les prévisions annoncent un parc de plus de 4 millions de Beacons aux U.S. en 2018, nous avons souhaité revenir sur la face cachée des Beacons.

ON NE VOUS DIT JAMAIS…
…QUE LES BEACONS OFFRENT UN FAIBLE POTENTIEL DE REACH

 Pour que le Beacon fonctionne il faut un smartphone avec le Bluetooth activé. Tout d’abord, seuls 61% des français ont accès à un Smartphone même si nous pouvons bien sûr supposer que dans les grandes agglomérations ce taux est surpondéré. Ce chiffre progresse par ailleurs rapidement d’année en année. En ce qui concerne le bluetooth, Apple – dont les parts de marché tournent autour de 23% – l’active désormais par défaut sur l’iPhone lors des mises à jour du système d’exploitation. Difficile d’obtenir des statistiques précises sur le sujet : environ un tiers des smartphones auraient le Bluetooth activé.

En faisant les comptes nous arrivons donc à 61% x 33% = 20,1% de vos clients susceptibles d’être touchés.

…QU’IL FAUT QUE LE CLIENT AIT DEJA VOTRE APPLICATION

Ce chiffre de 20,1% aurait pu justifier un investissement mais il y a encore une barrière à franchir : le principe du Beacon est de réveiller votre application, il faut donc au préalable qu’elle ait été téléchargée par vos clients. Vous pouvez essayer d’estimer la part de vos clients qui ont l’application, d’expérience ce taux dépasse rarement 10%. Mais ce n’est pas tout : il faut aussi qu’ils aient accepté les notifications et la géolocalisation, ce que font moins de la moitié des mobinautes… Au final c’est donc généralement moins d’1% de vos clients que vous pouvez espérer toucher ! C’est LE plus gros problème à surmonter. D’une manière générale quand un prestataire vous dit que sa technologie nécessite l’installation d’une application, passez votre chemin car les résultats seront forcément décevants.

…QUE CA PEUT COÛTER CHER

Certes les balises Beacon ne coûtent pas très cher (les prix démarrent à 5$) mais des développements dans votre application sont nécessaires. Pour personnaliser ces interactions et envoyer des messages pertinents, il vous faudra coder tous les scénarios dans votre application et prévoir des mises à jour à chaque modification. Si vous ne disposez pas d’une application, le chemin est bien plus long encore : entre le développement et la médiatisation de votre application, le budget est conséquent.

…QUE C’EST COMPLIQUE A INSTALLER ET A MAINTENIR

Pour réaliser un maillage parfait de votre magasin, chaque balise va devoir être disposée de façon précise et réfléchie (réglage de la fréquence et de la puissance d’émission) afin de minimiser les perturbations et les interférences. De plus les Beacons doivent être dissimulés car il n’est pas rare que plusieurs d’entre eux disparaissent (vol, dégradation). Enfin, les Beacons fonctionnent avec des piles. D’expérience les batteries durent entre 3 mois et 1 an, ce qui oblige à renouveler le parc fréquemment.

…QU’IL Y A BEAUCOUP DE FOURNISSEURS MAIS PEU DE FABRICANTS

Beaucoup de sociétés prennent la parole sur les Beacons mais il y a en réalité très peu de producteurs. Parmi les fabricants les plus connus, nous retrouvons Estimote, Ubudu, Roximity ou encore Gimbal. Attention aux fournisseurs qui se contentent d’habiller les balises Beacon en termes de packaging, sans apporter de valeur ajoutée.

…QUE CE N’EST PAS SI PRECIS

Tout d’abord, il y a de grosses variations en termes de qualité selon les fabricants. Ensuite le signal utilisé – le Bluetooth – peut facilement être perturbé (passage de clients devant la balise, autres signaux, conditions météo, etc). Des études intéressantes ici et ont été menées sur le sujet, qui montrent et analysent les différents problèmes rencontrés.

…QUE LES BEACONS NE CAPTENT PAS DE DONNEES

Les Beacons sont des émetteurs, pas des capteurs. Il ne peut donc pas suivre les clients, ni enregistrer des interactions. Si vous voulez avoir ces informations, il va vous falloir faire les développements nécessaires dans votre application afin qu’elle capte ces données. A ce sujet, la CNIL s’est prononcée et il y a une différence très claire entre la collecte de données anonymes ou identifiées.

…QUE LES BEACONS NE SONT PAS UNE SOLUTION UNIVERSELLE

Certes les Beacons fonctionnent avec le Bluetooth et sont donc en théorie compatibles avec tous les smartphones. Mais Apple (qui dispose des brevets) pourrait décider de restreindre l’utilisation, ce qu’ils ont déjà commencé à faire. Android a développé Nearby, Samsung travaille sur Proximity, d’autres systèmes de micro géolocalisation. Vous l’avez compris : si vous équipez dès maintenant votre réseau de Beacon, vous risquez fort de devoir recommencer dans peu de temps…

…QUE CE N’EST PAS SI FACILE D’AMELIORER L’EXPERIENCE CLIENT

Bien sûr, tout dépend de l’utilisation qui en est faite mais aujourd’hui les attentes des consommateurs dans ce domaine ne sont pas encore bien identifiées.. Sans cette compréhension, les Beacons sont parfois plus un facteur de risques que d’opportunités. Il y a déjà des exemples d’opérations ayant entraîné un bad buzz. Les problèmes de sécurité sont également à prendre en compte, le piratage des balises étant très facile.

…QUE L’IMPACT BUSINESS DES BEACONS N’EST PAS PROUVE

Il y a « étrangement » peu de marques qui communiquent sur les résultats obtenus. Bien sûr comme d’habitude on entend parler de premières réussites mais la plupart des tests réalisés semblent être des échecs sur le plan commercial (mais pas forcément sur le plan des RP et de la communication). Selon Forrester Research, les résultats seront très limités en 2015, ce qui ne doit pas occulter le potentiel du digital en point de vente.

Parcours du combattant

Et vous, avez-vous déjà expérimenté le Beacon ? Quels sont les résultats ?